Association de Défense de l'Environnement des Vitrollais

Association de Défense de l'Environnement des Vitrollais

Articles


Parc du Griffon : le succès d'une méthode

Les nouveaux aménagements du parc du Griffon, inaugurés samedi, sont incontestablement une réussite.
Ce résultat positif est aussi celui d'une méthode : une volonté de la Ville enrichie par la participation des Vitrollais intéressés par le projet.


Plus que jamais, l'ADEV défend cette nécessité de faire vivre le dialogue entre élu(e)s et habitants.

 

Pour le parc du Griffon, il faut continuer cette démarche participative et réfléchir à d'autres actions qui pourraient être envisagées pour le rendre toujours plus attractif et faire vivre cet espace exceptionnel.

 

Nous avons demandé à être reçus par Mme Michel, élue déléguée à l'environnement, afin de lui proposer de travailler sur ce sujet (entre autres), dans la logique des engagements pris par le Maire de Vitrolles, M. Gachon, lors de notre Assemblée Générale.

Sans titre.png


22/10/2018
1 Poster un commentaire

Assemblée Générale 2018/2019

Lundi soir l'ADEV organisait son Assemblée Générale annuelle à la Maison de quartier de la Ferme de Croze. Une soixantaine d'adhérents ont bravé les intempéries pour partager ce moment important.
Petite (!?) nouveauté cette année, la présence du Maire de Vitrolles, M. Loïc Gachon avec lequel nous avons pu avoir des échanges que nous espèrons productifs pour l'avenir. Mais, comme vous le savez, il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour…

 

Un nouveau Conseil d'Administration a été élu composé de (par ordre alphabétique) : Henri Agarrat, Jeannine Camguilhem, Jo D'Ancona, Philippe Gardiol, Sophie Gautier, Gaëtan Guillemot, Elodie Marco, Jean Moindrault, Nicole Perez et Pierre-Yves Perez.

 

Côté actions pour cette nouvelle saison 2018/2019, nous entendons poursuivre nos efforts pour limiter les nuisances sonores créées par le survol des avions, notamment sur les quartiers sud, mais pas que.
Le Maire nous a dit avoir saisi le Sous-préfet ainsi que la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) pour rappeler la nécessité de respecter les procédures de décollage en privilégiant, chaque fois que c'est possible, les départs face au nord. Nous savons que ce n'est pas systématiquement le cas.
L'ADEV continuera à siéger à la Commission Consultative de l'Environnement de l'Aéroport afin de porter la voix des Vitrollais. Madame Michel, élue déléguée à l'environnement, également présente à notre A.G (avec JP Michel élu délégué aux sports et, par ses compétences professionnelles, soutien technique important sur ces questions), a indiqué qu'elle restait très mobilisée sur ce dossier difficile.
Nous avons demandé au Maire d'intervenir auprès du Sous Préfet afin que cette commission se réunisse plus souvent (aujourd'hui elle se réunie 2 fois par an). Il est indispensable que la Ville et l'ADEV travaillent ensemble pour espérer obtenir des améliorations.

 

D'autre part, nous avons rappelé au Maire de Vitrolles notre volonté de faire vivre la concertation citoyenne, l'intervention des habitants sur les sujets qui les concernent directement. Les rendez-vous que nous avons eus avec plusieurs élus ces derniers mois n'ont pas permis de trouver des réponses satisfaisantes à nos préoccupations et il nous paraît indispensable de mettre en place une méthode de concertation plus structurée, en nous inspirant, par exemple, de ce qui se fait sur la question des compteurs Linky (groupe de travail élus + représentants associatifs).
Le maire a accepté ce principe et a proposé que nous réfléchissions ensemble sur 3 dossiers :
- l'aménagement du Bd Marcel Pagnol
- La gestion de la circulation qui sera en forte hausse sur le périmètre Croze-Pinchinades au moment de la livraison des 400 logements, notamment aux abords des écoles Claret-Mateos et des Pinchinades.
- Aménagement du parc Fernandel dévasté par l'incendie.
Nous prenons acte de ces propositions sur lesquelles nous sommes prêts à travailler. Nous attendons maintenant de connaître les détails du fonctionnement de ce groupe de travail et nous allons réfléchir à étendre cette concertation à d'autres sujets. N'hésitez pas à nous faire des propositions si vous avez d'autres idées.
Nous avons proposé que la même initiative soit prise pour gérer et anticiper les problèmes qui se posent actuellement et se poseront dans l'avenir autour des constructions aux bords de l'étang avec l'association Stop à l'urbanisme agressif comme interlocuteur.

 

Enfin, l'ADEV souhaite s'engager concrètement sur un projet de développement de la "nature en ville". Nous souhaitons créer un réseau d'écologie urbaine (plantations d'arbres fruitiers, de légumes, de plantes diverses en ville et en libre accès en s'inspirant du mouvement des Incroyables Comestibles). Nous aurons l'occasion d'y revenir et de détailler ce projet que nous voulons mettre en œuvre avec les associations et les Vitrollais qui seront intéressés.

 

AAA_3793.JPGAAA_3801.JPGAAA_3803.JPG



17/10/2018
0 Poster un commentaire

Après la mascarade, allons plus loin...

Quelques jours après notre pitoyable rendez-vous avec l'adjointe au Maire déléguée à l'urbanisme, plusieurs réflexion s'imposent.
Il y a tout d'abord, les réponses dues, au choix, au manque de travail, à l'incompétence ou au mépris.

 

Il y a ensuite les réponses qui révèlent les convictions de l'élue concernée. Refus de créer une commission extra-municipale  sur les questions d'urbanisme et d'aménagement urbain ouverte à tous les Vitrollais intéressés, refus d'informer les hab...itants des quartiers concernés par un programme immobilier, tout cela démontre une volonté délibérée de ne pas rendre des comptes à celles et ceux qu'elle est censée représenter. Rappelons à Mme Morbelli que, chaque mois, elle est indemnisée avec l'argent de nos impôts...


Il y a enfin des réponses qui témoignent d'un mode de gestion plus général. Par exemple, l'incapacité à fournir un bilan des constructions réalisées depuis 4 ans sur la ville. Rappelons que si le Plan Local d'Urbanisme (PLU) est avant tout un document réglementaire, il est accompagné du Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui, lui, décrit les grands engagements des élus concernant l'urabnisation de la commune.
A quoi bon s'engager sur des objectifs , si on ne se donne pas les moyens de vérifier l'état de leur avancement ?
Ce qui manque à Vitrolles comme dans beaucoup de collectivités, c'est une évaluation des politiques menées. En bref, on décide et on ne vérifie jamais que ce qu'on a décidé est, à l'usage, pertinent ou pas. C'est ce qu'on appelle une gestion "au fil de l'eau". Et ça, c'est encore plus inquiétant que la négligence d'une élue.


12/02/2018
0 Poster un commentaire

On gouverne et on parle encore aux citoyens comme il y a cinquante ans.Thierry Mandon, secrétaire d’État dans un article du JDD

Des raffineries bloquées. La rue qui gronde… Cette semaine, deux manifestations émaillées de scènes de violences. Que se passe-t-il? La rue est-elle rendue aux casseurs? Non, c’est plus compliqué. Le discours consistant à fustiger les casseurs est fondé, mais insuffisant à expliquer le phénomène. Ce qui se passe en ce moment est l’expression d’un certain nombre de frustrations démocratiques accumulées qui remontent à loin. Il faut écouter ce qui se dit dans les Nuit debout et dans les cortèges. La place de République et les manifestations rassemblent, pour une partie, des gens qui appellent à une autre démocratie. Ils ont raison. Notre système est à bout de souffle. Il faut que l’élection présidentielle qui arrive soit le moment de débattre des changements démocratiques qui s’imposent. C’est une question vitale.   Qu’est ce qui ne fonctionne plus? Depuis de nombreuses années, et bien avant ce quinquennat, c’est toute notre "machine à décider"! C’est l’ensemble de notre système de gouvernance qui est obsolète. À tous les niveaux, les mécanismes de prise de décision sont grippés en France. Nous devons mener une réflexion globale pour remettre cette machine en état de marche. Oui, il faut avoir le courage de revoir profondément la façon dont on dirige le pays…

"On gouverne et on parle encore aux citoyens comme il y a cinquante ans"

Par exemple? Il y a un indicateur qui me frappe : selon l’OCDE, la France a, en une génération, multiplié par plus de deux le taux de ses diplômés. C’est inédit dans le monde. En vingt-cinq ans, on est passé de 20% de diplômés du supérieur à 44%… Les Français d’aujourd’hui sont plus cultivés, plus éduqués, ont davantage d’esprit critique. Or ces aspirations à participer et à être écoutés ne sont pas prises en compte. On gouverne et on parle encore aux citoyens comme il y a cinquante ans, alors qu’ils sont surinformés et maîtrisent même leur propre accès à l’information… Ce n’est pas par hasard, à mes yeux, si, place de la République, il y a énormément de jeunes diplômés, d’enseignants, de gens qui ne se reconnaissent pas dans la vie politique… Telle qu’elle est exercée aujourd’hui, elle n’est plus capable d’absorber ni même de comprendre ces initiatives citoyennes. Et puis, en tant qu’ancien secrétaire d’État à la simplification, je vois bien que la façon dont on prend des décisions politiques, la façon dont on vote la loi, la façon dont on met en œuvre les décisions publiques, et la façon dont l’administration traite les citoyens, tout ce logiciel date des années 1970. C’est tout notre système de gouvernance, du haut vers le bas, un système qui écarte les Français de la décision, qui n’est plus adapté. Notre "machine à décider" tourne à vide…

 

Journal Du Dimanche - 21/05/2016


20/08/2016
0 Poster un commentaire